Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 décembre 2009

Ca sent le RACI

sehiaud-raci.jpgDans mes louables efforts d'optimisation de nos méthodes de travail, j'ai systématisé un partage des responsabilités parmi mes équipes et dans leurs relations avec les directions métiers. Je me suis inspiré de l'approche que l'on trouve dans les référentiels, en particulier Itil. En clair, l'approche RACI qui différencie ceux qui Réalisent, qui Approuvent, qui sont Consultés et qui sont Informés. Il est vrai que cela devenait un peu le bazar dans notre gestion de projet, entre ceux qui réalisent sans approbation (si, si, ça existe, ça leur fait tellement plaisir...), ceux qui approuvent des tâches auxquelles ils ne comprennent rien, ceux qui veulent être consultés sur tout simplement pour le plaisir d'être en réunion parce qu'ils n'ont pas d'autre chose à faire, et ceux que l'on informe mais qui en profitent pour remettre en cause ce que d'autres ont approuvé sans le réaliser mais en étant consultés.

Lire la suite dans le numéro 34 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.

 

 

Les commentaires sont fermés.