Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OLIVIER SEHIAUD - Ma vie quotidienne de DSI...

  • Prévision 2018 - Et psy c'est tout...

    psy_1.jpgLe consultant schizophrène qui avait fait appel à lui-même pour définir sa stratégie restera toujours interné dans un établissement psychiatrique spécialisé.

  • Prévision 2018 : Miam-Miam...

    50_petits_fours_carrefour_traiteur.jpgLe premier DSI pique-assiette rentrera dans le livre Guinness des Records de la participation à des événements IT uniquement pour s’empiffrer de petits fours, sans écouter les présentations marketing des fournisseurs.

  • Prévision 2018 : permis de construire

    Illustre103-1-Bleu.gifPour la première fois, dans le carré magique du cabinet Gare-à-tes-nerfs, la case en haut à droite qui regroupe tous les leaders du marché sera déclarée en état de catastrophe marketing, car surpeuplée de fournisseurs. A tel point que le cabinet qui fait autorité envisagera une extension en créant une terrasse pour ceux qui veulent surplomber le marché.

  • Prévision 2018 - Barrière à l'entrée

    Barriere-Police-EBP010.jpgEn 2018, on verra enfin les premiers entrants sur un marché devenir les premiers entrés, car ils auront fermé la porte derrière eux.

  • Prévision 2018 : un point c'est tout.e

    44-Icone-nuit-carré.jpgEn 2018, ça sera la première fois que l’on testera l’écriture inclusive dans le cahier des charges. Certes, on n’y comprendra plus rien, mais en fait, cela ne changera pas grand-chose…

  • Les rois du pas arrondi


    sehiaud-devops2.JPGLes grilles de salaires des professionnels IT fleurissent. Dans le Magit, on apprend qu'un spécialiste DevOps est payé en moyenne 49 699 euros par an. Bon, les gars, c'est bien la peine d'avoir fait des études et de se coltiner un boulot pas toujours très drôle pour ne pas être capable d'arrondir son salaire au moins à l'euro supérieur ! Il ne faudrait pas oublier le sprint des augmentations de salaires et la livraison continue des primes...

  • DSI à temps partagé

    dsi-partage.pngOn parle beaucoup, aujourd'hui, des emplois de managers à temps partagé. On les trouve dans les domaines de la finance, des ressources humaines, du marketing, voire des directions générales. Mais aussi pour les DSI : c'est l'une des voies de reconversion pour nombre de mes collègues, remerciés du jour au lendemain et qui ont choisi, au lieu d'un autre poste à temps plein ou d'une carrière de consultant, de devenir DSI à temps partagé. 

    Mais à chaque fois que j'entends cette expression, je ne peux m'empêcher de penser aux deux autres significations, selon la façon dont on l'écrit : 

    - "Le DSI à tant partagé" : c'est le signe qu'il s'est fait dépouillé de son savoir-faire, par exemple par un CDO parachuté qui essaie de se faire bien voir...

    - "Le DSI attend, partagé" : c'est le signe d'une incertitude quant à la stratégie de son entreprise.

    On pourrait même mélanger les deux expressions, ce qui donne : "Le DSI a tant partagé qu'ils attend, partagé."

    La prochaine fois que vous entendrez cette expression, vérifiez que votre interlocuteur n'est pas un pauvre DSI sans budget qui erre dans un océan d'incertitudes...

  • Coaching, on va s’gêner…

    sehiaud-echos.JPGIl n’y a pas que les footballeurs qui gagnent des fortunes. Le quotidien Les Échos nous apprend, dans son édition du 10 août 2016, que le tarif d’un « coach spécialisé » dans la gestion des jeunes générations peut atteindre 20 000 dollars, pour rendre plus attractif Wall Street par rapport à la Silicon Valley. C’est effectivement beaucoup, d’autant qu’il s’agit d’un tarif horaire ! On en a vu des consultants en stratégie qui facturent une blinde pour nous expliquer qu’il faut engager « la transformation numérique », « renforcer la synergie avec les métiers », ou « élaborer une vision à long terme en lien avec les enjeux métier ». Le coaching des vieux DSI face aux jeunes DSI semble être un créneau porteur.

    Étant dans la première catégorie, je vais peut-être me reconvertir pour expliquer à mes collègues comment faire pour se faire piquer son job en douceur. Pour 20 000 dollars de l’heure, je peux même me contenter de balancer des banalités du style « La transformation numérique ne se fera pas sans les jeunes générations », il faut « renforcer la synergie entre les jeunes et les vieux » ou encore il faut « élaborer une vision commune pour dégager une vision commune entre les métiers exercés par les plus vieux et par les plus jeunes ». En matière de baratin et de banalité enveloppée dans un bel emballage de consultant moderne, je m’y connais… Je peux même facturer 10 000 de plus si mes slides sont jolis…

  • Arriver au départ

    sehiaud-360.pngLu dans un livre blanc envoyé par un fournisseur qui aimerait bien travailler avec moi :  "Pour chaque projet, ce sont toutes les Business Units qui sont mobilisées afin de pouvoir répondre à 360° aux besoins des clients." Si je comprends bien, mener un projet à 360° signifie qu'à la fin, on revient au point de départ. Autant ne rien faire... Si déjà on parvenait à réussir des projets à 15°, nous aurions beaucoup progressé...

  • Réponse, es-tu là ?


    sehiaud-reponse.JPG« Qu’est-ce qu’une réponse à la réponse ? » Voilà une question philosophique qui pourrait bien figurer en bonne place dans les sujets du prochain baccalauréat. Elle nous est posée dans un livre blanc sponsorisé par Blue Coat Systems, un fournisseur de solutions de sécurité.  Cette approche est probablement caractéristique des esprits compliqués : car pourquoi vouloir répondre à quelque chose dont on connait déjà la réponse ? Sûrement par esprit de contradiction…

    Tout comme le cercle est juste une ligne droite qui est revenue à son point de départ, on peut dire que la réponse à la réponse permet de se reposer la question de départ. Et inversement : la question à la question permet de redonner la réponse à ceux qui n’ont pas écouté. Simple, non ? Quant à savoir ce que je vais faire de ce livre blanc, je n’ai pas la réponse. Ni la réponse à la réponse…