Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 août 2011

Attrapez le pigeon !

sehiaud-pigeon.jpgBeaucoup d’entre vous connaissent le dessin animé des années 1970 Satanas et Diabolo, deux compères qui ont un objectif et un seul : attraper le pigeon ! Un vrai… On se demande quand même si ce mot d’ordre ne serait pas toujours d’une brûlante actualité en dehors du monde farfelu des dessins animés et de la fiction en technicolor. Un intéressant dossier publié il y a quelques semaines par le Journal du Net sur ce que sont devenues les start-up qui ont été récompensées il y a quelques années (sûrement pour la clairvoyance de leurs dirigeants et la qualité de la vision de leur business…) nous rappelle le mécanisme. Il s’agit de convaincre un investisseur, qui joue en l’occurrence le parfait rôle de pigeon, de donner son argent en pure perte mais en lui faisant croire le contraire, bien sûr. Et l’on a des exemples : Goojet, un portail personnalisable pour mobile avait levé six millions d’euros en 2007. Résultat : un chiffre d’affaires riquiqui de 92 000 euros deux ans plus tard et une perte de 1,9 million. Autre exemple : Yoono, un moteur de recherche collaboratif, qui a dégagé un petit 5 000 euros de chiffre d’affaires pour plus de 721 000 euros de pertes… Il faut bien que les actionnaires paient les factures… Souvent, il ne s’agit pas d’attraper un seul pigeon mais une meute, cela permet de lever encore plus de fonds.

Imaginons ne serait-ce qu’un instant que les DSI pratiquent de la même manière. Bon, d’accord, j’en vois certains qui se pressent de murmurer que certains de leurs collègues n’en sont pas loin : considérer les directions métiers comme des pigeons susceptibles de financer à fonds perdus des projets dont leurs concepteurs savent pertinemment, et dès le cahier des charges, que rien ne tient la route et qui se gardent bien d’avertir les futurs utilisateurs. Imaginons le décor (...)

(Lire la suite dans le n° 64 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

Les commentaires sont fermés.