Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mai 2007

Un œil par ci, un doigt par là

Il paraît que l’avenir est aux technologies biométriques. Vous savez, ces dispositifs qui ne se trompent jamais et qui reconnaissent, à coup sûr donc, vos caractéristiques physiques. Si l’on en croit les promoteurs de ces solutions, c’est le must en matière de sécurité. Ces technologies commencent à émerger en dehors de leur milieu historique de prédilection (la Défense et les activités très sensibles). Pour nous, DSI, c’est peut-être la fin de notre cauchemar quotidien. Combien de temps passons-nous à gérer les mots de passe oubliés, les badges perdus ? Un certain temps, dirait Fernand Reynaud. Certes, nous déléguons une grande partie de ce sale boulot à nos responsables sécurité et à leurs équipes.

Tous ces outils biométriques sont, d’un point de vue technologique, reconnaissons-le, extrêmement ingénieux. Sur le principe, rien ne s’oppose à leur utilisation ; faciles à vendre à une direction générale (l’aspect science-fiction les intéresse, ils peuvent ainsi étaler leur “modernisme high-tech” dans les dîners en ville), un peu moins facile à vendre à une direction financière (devinez pourquoi…)… Je me suis presque laissé tenter. Jusqu’à ce qu’un commercial, emporté par son élan marketo-compulsif, m’explique que la biométrie va vraiment pénétrer tous les aspects de notre vie quotidienne. J’ai alors constaté avec horreur qu’une empreinte de ma rétine est à New York, nichée dans le système informatique de l’aéroport, celle de mon iris à Francfort et celle de mon pouce à Tokyo. Il ne manque plus que l’empreinte de mon lobe d’oreille à Moscou, et celle de mon orteil à Tel-Aviv ! Quant au reste, je n’ose même pas imaginer ce qui se passe dans l’esprit des ingénieurs en R&D… Finalement, je renonce à utiliser la biométrie. Etre condamné à finir, même virtuellement, en morceaux aux quatre coins du monde, découpé sur l’autel de la sécurité absolue ? La perspective ne me rassure guère.