Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juin 2007

DSInema

Les consommateurs de DVD connaissent le principe : pour les appâter, les producteurs leur proposent des “plus produits”, pour reprendre l’expression favorite de mon collègue, et néanmoins ami, directeur du marketing. Des bonus, des bandes-annonces, des making of et, bien sûr, des incontournables bêtisiers.

Pourquoi n’utiliserions-nous pas cette technique de communication pour redresser l’image de nos informaticiens, malmenée depuis des années par des utilisateurs revêches aux bienfaits des applications développées avec amour pour leur confort ? On peut par exemple imaginer, pour inciter fortement les utilisateurs à s’approprier une nouvelle application, que la DSI édite un DVD à tirage limité. Les utilisateurs y trouveraient des bonus, par exemple quelques fonctionnalités supplémentaires coupées au montage du projet pour rester conforme au cahier des charges. Ils pourraient également consulter le making of, autrement dit quelques extraits vidéo des réunions de projet. Pour les DSI les plus audacieux, l’ajout de rires enregistrés serait de bon aloi, par exemple lorsque la maîtrise d’ouvrage vient expliquer ses besoins, ou, car il faut aussi savoir se moquer de soi, lorsqu’un chef de projet vient jargonner et s’empêtrer dans ses slides.

Pour créer l’envie d’utiliser une nouvelle application, pourquoi ne pas concevoir une bande-annonce ? Ce n’est pas utile d’inventer un nouveau slogan, celui utilisé dans le milieu cinématographique convient parfaitement : “bientôt sur vos écrans”. Quelques effets spéciaux, une voix off qui vante les impacts business, le DSI dans le rôle principal (du méchant ou du gentil, c’est selon), et le tour est joué ! Seule précaution : éviter de claironner une date de sortie de l’application, on ne sait jamais avec la gestion de projet… !

Quant au bêtisier, la matière ne manque pas. Aux multiples prises ratées du cinéma correspondraient les multiples versions de cahiers des charges, aux fous rires incontrôlés correspondraient les longs silences suivant l’examen du budget prévisionnel lorsque tous les chefs de projet se demandent comment ils vont pouvoir travailler avec si peu. Et comme dérapages en direct, nous assisterions aux coups de gueule du DSI face à la dérive des délais. Gageons que nos chers utilisateurs nous verraient d’un autre œil, car nous sommes comme eux ! Nous aimons quelquefois faire un peu de cinéma…