Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2010

Cahier décharge

poubelle.jpg- Peut-on inscrire notre nouveau besoin au cahier des charges de l'application CRM (Comment ramener la monnaie) ?

Encore... ! Cela ne fait que la quinzième fois que la direction marketing me demande, que dis-je, exige, que les évolutions de ses besoins soient pris en compte « dans les meilleurs délais » Pourquoi ? Parce que la direction marketing est l'une des directions métiers les plus consommatrices de nouveaux projets. Ils veulent toujours lancer de nouvelles offres pour tacler la concurrence. Pourtant, sur notre marché, la pièce détachée industrielle, nous ne sommes pas dans les télécoms où les opérateurs lancent des dizaines de nouvelles offres chaque année, et autant de changements dans le système d'information.

Mais, depuis que notre Président, Pierre-Henri Sapert-Bocoup, a lu dans la Industry Buzinaisse Reviouve que les meilleures entreprises se différencient par le rythme de lancement de nouveaux produits, le marketing ne nous lâche plus. Nous avons déjà mené à bien l'application BUSE (Business utile sans effort) pour renforcer nos liens avec nos revendeurs, le projet RACLURE (RAttrapage des Clients Usés par des Relances Excessives) pour fidéliser nos consommateurs et le projet DUCON (Développement Unifié du Commerce Online Nouveau) pour vendre encore plus sur le Web. Sans oublier le projet BLAIREAU (Benchmarking Limité A l'Informatique REpartie Aux Utilisateurs) pour vérifier si les utilisateurs de la direction marketing sont bien équipés (...)

Lire la suite dans le n° 44 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.

 

08 mai 2010

Sortie de crise en UVWXYZ

keegan_2006_0924Stuff0049.jpgLes économistes sont quelquefois amusants. Ils nous ont inventé un petit jeu que l’on pourrait baptiser « la sortie de crise pour les nuls ». Principe : avec des lettres, on imagine des scénarios de sortie de crise, par exemple en J (retour rapide à la croissance), en U ou en V (une bonne dépression entre deux périodes d’euphorie) ou encore en W, avec un répit de courte durée avant de retomber dans une nouvelle crise. Je préfère la reprise en M, au moins, il n’y a qu’un creux… Tant que ces analogies restent dans des formes compréhensibles, on peut prévoir ce que sera l’évolution des systèmes d’information. Avec une reprise en J, le nombre de projets va exploser, avec un U également (mais sans les budgets qui vont avec, on s’est habitué à ne plus en avoir dans le creux du U…) et avec un W on a intérêt à se ménager ses arrières car la prochaine crise pointera son PIB atone peu de temps après que nos directions générales se croiront sorties d’affaire. Problème : (...)

(lire la suite dans le n° 42 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

06 mai 2010

Les métiers improbables de la DSI

PB250187.jpgGénéral de Goal - Il dispose d’une autorité naturelle pour imposer ses décisions : vérifier que les objectifs stratégiques des projets sont scrupuleusement respectés. Bref, il combat la « chienlit » issue de la confrontation de personnalités différentes dans la DSI et qui mettent à feu et à sang de nombreux quartiers fonctionnels. Son autorité est souvent contestée, notamment par les développeurs les plus jeunes et chevelus.

05 mai 2010

Les métiers improbables de la DSI

TestDSC07514_x.jpgeur de descente en décharge - Il est l’alter ego du testeur de montée en charge qui vérifie qu’un système tient bon lorsque son utilisation augmente. Le testeur de descente en décharge vérifie que lorsqu’une application perd une partie de ses utilisateurs, de façon temporaire ou définitive, il ne se produit pas d’effets indésirables. Parmi ceux-ci : un temps de réponse trop rapide, ou des performances idéales. Ce qui créerait un choc parmi les utilisateurs et les informaticiens, vraiment peu habitués, pour la plupart, à rencontrer de tels effets.