Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juin 2012

Il a fui, il a tout compris !

linux.jpgLa semaine dernière se tenait le salon Solutions Linux, avec la plupart des acteurs du monde Open Source. Sauf un, Linagora, qui a ainsi justifié son absence, par la voix de son PDG, Alexandre Zapolsky : « La participation au salon Solutions Linux est un investissement coûteux qui n'est pas rentable pour la société. Le coût de l'organisation, l'aménagement du stand, la communication et la mobilisation des équipes pour 3 jours représentent un investissement trop élevé (près de 100K€). Les deals ne sont pas signés directement sur le salon, car les clients principaux de Linagora sont les grandes organisations publiques et privées pour lesquelles le cycle de vente est beaucoup plus long. » Pour le PDG de Linagora, il est préférable d’affecter son budget à autre chose : « Plutôt que de dépenser 100 K€ dans une foire commerciale, aujourd'hui, je préfère dépenser 100K€ directement en Recherche & Développement ! Cette somme nous permet, par exemple de financer un an de salaire pour deux ingénieurs qui apportent à nos produits les améliorations attendues par nos clients. »

Voilà un discours que, en tant que DSI, je ne peux que soutenir. Que vaut-il mieux, en effet, pour nous ? Qu’un fournisseur investisse en R&D pour améliorer ses solutions ou que ses collaborateurs regardent passer, dans un salon coûteux, les traqueurs de goodies, les chômeurs en quête d’un emploi hypothétique, les étudiants friands de doc qu’ils jetteront à la poubelle ? De toute façon, les DSI ne mettent quasiment jamais les pieds dans un salon ? Déjà que nous n’avons pas le temps de faire notre boulot, je me vois mal aller traîner dans des allées surchauffées, surpeuplées et remplies de démarcheurs qui vous fourrent des docs dans les mains, sachant qu’on va s’enquérir d’emblée de la prochaine poubelle pour se soulager de ces bouts de papier dont on ne sait que faire. Si encore il y avait de belles hôtesses, comme au Salon de l’Auto ! Même pas…

Les commentaires sont fermés.