Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2007

Et si je changeais de boîte ?

Un coup d’œil sur la baromètre de l’APEC m’apprend qu’en douze mois, il y a eu environ 800 postes de directeurs informatiques proposés, ce qui représente une croissance de 11%. Ce n’est certes pas beaucoup si l’on compare avec la demande de spécialistes du textile ou du bois (+109%) ou de la mécanique (+89%).

Mais c’est réconfortant lorsque l’on regarde la demande de directeurs financiers, qui, elle, s’est écroulée de 51%. En consultant la presse professionnelle, j’ai trouvé un poste qui m’irait comme un gant et me permettrait de souffler un peu : « chef du service informatique et réseaux » dans un centre hospitalier. Moi qui exerce dans l’industrie, cela me changerait.

Un CHU avec 5700 utilisateurs, 2000 postes de travail, rien que de la « taille humaine » ! Mais le texte de l’annonce ma refroidi. « Vous managez une équipe pluridisciplinaire d’une cinquantaine de personnes» : bonjour les différences culturelles ! Cela risque de discuter ferme dans les comités de pilotage… « … Engagée dans des grands projets structurants » : Là, c’est clair, je serai sur un siège éjectable en cas de dérapage, surtout si « l’équipe pluridisciplinaire » ne se prive pas de savonner la planche au tout nouveau « chef du service informatique et réseaux ». « De formation supérieure informatique » (j’ai ce qu’il faut…), « vous définissez les prestations dans le cadre des marchés publics ». Aïe, les appels d’offres publics ! Pas question de s’arranger, comme d’habitude, avec les fournisseurs. La paperasse en plus ! « Esprit de rigueur et de méthode, sens des responsabilités, de l’écoute et du travail en équipe sont nécessaires » : c’est clair, il va falloir travailler plus de douze heures par jour et supporter toutes les doléances d’informaticiens dont l’égo, les états d’âme, quand ce n’est pas l’incompétence de certains, s’expriment en permanence (c’est cela, le « sens de l’écoute »). Et il va falloir en plus supporter les manœuvres politiciennes : ce que l’annonce traduit par : « vous avez conscience des enjeux du service public ». Ah ! J’oubliais : la rémunération s’élève à 46 810 euros. Je n’irais à l’hôpital que lorsque je serai vraiment malade…

Les commentaires sont fermés.