Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 septembre 2010

Les experts à Armonk

ibmemployee.jpgChez IBM, ils sont très forts et très désintéressés. Ils ont dans leur département marketing, au siège social d’Armonk, des talents qu’ils doivent absolument conserver. Leurs experts en marketing ont ainsi eu une idée géniale en matière de communication : transformer un non-événement en évènement planétaire. IBM a ainsi diffusé, en juin dernier, un communiqué dans lequel il est écrit : « Les employés d’IBM ont consacré ces cinq dernières années plus de dix millions d’heures en bénévolat. » Là, on dit bravo ! C’est pas chez nous que l’on constaterait un tel désintéressement. Mais de quoi s’agit-il ? « Depuis le lancement de notre communauté On demand, 150 000 IBMers ont contribué pour plus de dix millions d’heures dans soixante-dix pays. »

Effectuons donc un calcul simple : dix millions d’heures pour 150 000 personnes, cela nous fait 66,66 heures par personne, sur cinq ans. Pour un an, on obtient 13,33 heures. Ne soyons pas mesquins et arrondissons à 14 heures par personne et par an. Cela nous fait environ seize minutes par semaine. Soyons magnanimes et intégrons cinq semaines de congés, on obtient environ 18 minutes par semaine. Moins de quatre minutes par jour… Soit l’équivalent d’un trajet en ascenseur (sauf pour les tours de plus de trente étages), ou un aller-retour à la machine à café (sans consommer) ou le temps de boot d’un PC ou d’un smartphone sous Windows. Et que fait-on avec ça ? Un événement planétaire ! À ce compte-là, dans ma DSI, nous avons des milliers d’heures de « bénévolat », vu le temps que mes équipes passent à des tâches qui n’ont rien à voir avec leur mission (...).

(Lire la suite dans le n° 51 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

09:10 Publié dans Not'métier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20 septembre 2010

Lucky, unlucky...

sehiaudfesses.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

TULADANLaaS : Transfert d'Upgrade Limité Aux Données ANalytiques as a Service. Il limite les risques lors des migrations de versions d'applications, qui sont toujours très délicates pour les équipes d'exploitation lorsque l'opération échoue. Un service similaire existe pour les systèmes d'exploitation (TULADANLOS).

 

17 septembre 2010

Bling Bling

sehiaudblong.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

TROLACLaaS : TRansport Outrageusement Luxueux Avec Champagne Labellisé as a Service. Un excellent service permettant de gérer les déplacements des chefs de projets et des DSI. Pour les entreprises qui ont encore les moyens...

 

16 septembre 2010

Les SI à la manière de San-Antonio

san-a.jpgLes DSI de ma génération connaissent très certainement les romans de San-Antonio, du nom du personnage créé par le regretté Frédéric Dard, l'un des écrivains les plus prolifiques (et les plus vendus) du XXème siècle., disparu il y a tout juste dix ans. Les titres de ses romans sont toujours très imagés. Et, si l'on n'y réfléchit bien, ne sont pas sans rapport avec les situations que nous connaissons dans notre vie quotidienne de DSI. En voici quelques-uns, avec une traduction libre de ce que pourrait être le sujet d'un roman écrit par un DSI et titrés à la manière de San-Antonio.

  • Réglez-lui son compte ! : un DAF prend le pouvoir dans l'entreprise et exige que le DSI lui soit rattaché.
  • Du plomb dans les tripes : la suite du précédent, dans lequel le DSI se défend violemment contre sa perte de pouvoir.
  • Descendez-le à la prochaine : la suite de l'épisode précédent, dans lequel le DAF n'a pas dit son dernier mot...
  • Bas les pattes ! : un auditeur externe envoyé par la direction générale se met en tête de regarder de près pourquoi la DSI dépense trop...
  • Deuil express : un projet qui était pourtant bien parti se trouve enlisé pour des raisons mystérieuses.
  • J'ai bien l'honneur de vous buter : une sombre histoire de réversibilité dans un contrat d'infogérance.
  • C'est mort et ça ne sait pas : un DSI part à la recherche d'applications fantômes que personne n'utilise.
  • Du mouron à se faire : l'histoire dramatique d'un DSI qui n'a pas réussi à faire passer son budget.
  • Fais gaffe à tes os : un DSI se voit coiffé d'un supérieur hiérarchique qui a le titre de CIO Corporate.
  • Ça tourne au vinaigre : l'histoire d'un intégrateur qui croyait se faire du beurre sur le dos d'un DSI et des utilisateurs qui se sont révélés finauds.
  • Au suivant de ces messieurs : un huis-clos dans lequel la DSI d'une organisation publique dépouille un appel d'offres et ses annexes.
  • La Tombola des voyous : l'histoire d'une négociation budgétaire particulièrement musclée.
  • Prenez-en de la graine : un DSI complètement fou a appris par cœur les 50 premiers numéros de la revue Best Practices Systèmes d'Information pour briller en Société.
  • On t'enverra du monde : le palpitant récit d'un contrat offshore.
  • Le Loup habillé en grand-mère : des commerciaux de SAP et d'Oracle, complices d'un jour, échafaudent un plan pour duper un DSI.
  • N'en jetez plus! : un DSI se débat avec ses clients internes pour limiter leur boulimie de projets.
  • On liquide et on s'en va : l'histoire d'un DSI embarqué dans une aventure d'infogérance.
  • Le Trouillomètre à zéro : les dernières heures d'un projet avant la mise en production en big bang.
  • Faites chauffer la colle : suite de l'épisode précédent, le big bang n'étant finalement pas une bonne idée...
  • Circulez ! Y'a rien à voir : les premiers d'un nouveau contrôleur de gestion au sein d'une DSI particulièrement discrète.
  • Les morues se dessalent : la nouvelle application pour la direction de la communication a enfin été plébiscitée...
  • Valsez, pouffiasses : suite de l'épisode précédent, la direction de la communication insiste pour avoir une V2...
  • Ça baigne dans le béton : un DSI se démène pour abandonner ses mainframes.
  • Baisse la pression, tu me les gonfles! : l'histoire d'un DSI qui ne parvient jamais à expliquer à son DG les arcanes du système d'information.
  • Renifle, c'est de la vraie : un DSI abandonne l'Open Source pour revenir à des solutions propriétaires.
  • Têtes et sacs de nœud : les tribulations d'un DSI face à un consortium de SSII qui ont gagné son dernier appel d'offres de TMA.
  • T'assieds pas sur le compte-gouttes : un DSI a mis en œuvre un fabuleux tableau de bord pour mesurer la performance du SI.
  • Lâche-le, il tiendra tout seul : un DSI anxieux s'aperçoit que le système d'information fonctionne très bien, voire mieux, s'il délègue une partie de ses tâches.
  • Tire-m'en deux, c'est pour offrir : une banale histoire de négociation commerciale sur des licences logicielles.
  • Ne meurs pas, on a du monde : un DSI fait sa première intervention au cours d'une assemblée générale d'actionnaires.
  • J'ai essayé : on peut ! : un DSI est parvenu à faire accepter ses propres clauses contractuelles à Microsoft en moins de quinze jours.
  • Va donc m'attendre chez Plumeau : un DSI a rêvé de devenir consultant, mais ses prospects ne reconnaissent pas vraiment ses compétences...

 

 

 

06:51 Publié dans Not'métier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15 septembre 2010

Evacuation

sehiaudchasse.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

TIRELACHaaS : Technologies Informatique Résiliente Longtemps Avec Calcul Hypersécurisé as a Service. Ce service renforce éternellement la sécurité et garantit l'exactitude des calculs réalisés. De quoi se débarrasser définitivement des problèmes de digestion de données.

 

14 septembre 2010

Chasse gardée

The Persuaders-1.JPGQuestion posée par le Journal du Net : « Aux États-Unis, IBM, EMC, HP et Cisco auraient passé des arrangements avec des prestataires IT tronquant ainsi le choix des clients finaux. Ces pratiques sont-elles choquantes ? » En voilà une question qu'elle est bonne... Ca fait longtemps que ça dure ! Chacun cherche à pousser ses copains avec qui il se partage les bénéfices, si possible en surfacturant un peu, c'est toujours ça de pris. Ca me fait penser à la Mafia qui se partage les territoires avec des intégrateurs-hommes-de-main pour faire tenir les clients tranquilles. Quant à faire appel à ces cabinets d'études pour départager tout ce petit monde et vous indiquer, en toute indépendance, quel est le fournisseur le plus adapté à vos besoins, n'y pensez pas trop : vous allez vous retrouver avec la liste de ceux qui ont sorti le plus gros chèque pour figurer dans le kaléidoscope magique. Heureusement que les clients finaux sont souvent finauds pour ne pas se faire avoir à chaque fois...

 

06:41 Publié dans Not'métier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

13 septembre 2010

Du brutal...

sehiaudcascade.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

SAPASOUSACaaS : SAP Application System Oriented Under Scalability And Continuity as a Service. Ce module est particulièrement adapté en cas de plantage des environnements SAP. A noter que ce service ne peut être utilisé qu'une seule fois.

 

10 septembre 2010

Dingue...

sehiauddingue.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

TéALAMaaS : TEléchargement des Appliances Lights pour Accès Multiples as a Service. Le Top du client léger, qui permet avec une seule appliance de gérer des milliers d'accès utilisateur. Mais si ce type de projet semble un peu fou.

 

08 septembre 2010

Blonde ?...

sehiaudblonde.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

PETaaS : Processus d'Entraînement Transversal as a Service. Outil indispensable pour améliorer la gestion du changement. Souvent associé aux services BLONDaaS (Benchmarking LONgitudinal Déjanté as a Service) et RADaaS (Réingéniering  des Activités de Développement as a Service).

 

06 septembre 2010

ouverture

sehiaudsas.jpgDans la série des services en "aaS"... Je vous propose aujourd'hui :

OUVLESaaS : Optimisation Universelle des Versions Light Et Standard as a Service. Un outil pour s'échapper des logiciels propriétaires.