Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OLIVIER SEHIAUD - Ma vie quotidienne de DSI... - Page 3

  • IBM ne manque pas d’assurance

    sehiaud-maaf-ibm.JPGJe suis tombé par hasard sur un retour d’expérience d’un client d’IBM, en l’occurrence la compagnie d’assurance Maaf, où on nous explique que ce dernier est devenu « plus agile grâce à la gestion des règles métier », grâce à la mise en œuvre d’une » plateforme de gestion et d’exécution des règles métier pour prendre les bonnes décisions tarifaires plus rapidement. » 

    sehiaud-maif-ibm.JPG

    Résultat : la charge de travail a été réduite de moitié. » Tant mieux pour eux… Ils sont malins chez IBM : ils ont heureusement évité de communiquer sur le retour d'expérience de la Maif, autre assureur bien connu avec juste une lettre de différence, qui a condamné IBM à verser 6,67 millions d’euros... Peut-être même que les honoraires facturés à la Maaf ont servi à payer les dommages et intérêts à la Maif. On l'i-Niort... 

  • Les métiers improbables de la DSI

    sehiaud-croque.jpgCroque mort de cycle de vie applicatif. Le cycle de vie applicatif n'est pas éternel. Une fois que l'on a mené à bien toutes les tâches (gestion des exigences, modélisation, développement, tests, gestion de configuration, du changement, du portefeuille de projets, de l'assurance qualité et de la performance des applications), le cycle de vie est terminé et il convient de l'enterrer. Mission accomplie. Mais est-on sûr de n'avoir rien oublié ? Autrement dit, le cycle de vie ne recèle-t-il pas des fonctions qui bougent encore et qu'il conviendrait de réveiller ? Le croque-mort de cycle de vie applicatif s'assure que celui-ci est bien achevé et que l'on peut passer au suivant.

     

     

     

  • La R&D n'est pas ce que vous croyez...

    sehiaud-R&D.jpgJe ne sais pas si vous avez remarqué, mais il y a de plus en plus de collègues qui veulent nous apprendre notre métier. Ah ? Chez vous aussi ? Et ça commence à vous peser ? Cela ne m’étonne pas… A force d’être exposé à toutes les technologies, à tous les discours des fournisseurs qui vantent leurs supers solutions « capables de tout faire » (des fois c’est « capable de tout faire… foirer », mais il n’y a pas assez de place sur leurs brochures commerciales pour le préciser…), il fallait que ça arrive. Les experts du dimanche sévissent maintenant aussi la semaine ! Chez Moudelab & Flouze Industries, c’est la R&D qui, pour rester poli, commence à nous casser les pieds. Les Messieurs-je-connais-tout deviennent tout simplement insupportables. En bons ingénieurs, ils s’ingénient à nous expliquer quelles technologies nous devrions privilégier, et à nous imposer dans les projets de développement, des fonctionnalités un peu bizarres.
     
    Mais on ne peut pas trop, nous à la DSI, leur rentrer dedans : la direction générale considère en effet que la R&D (La « Rizeurch ande développppmmment » comme prononce Pierre-Henri Sapert-Bocoup, notre vénéré PDG, avec son accent anglais inimitable) est stratégique. Comment s’en sortir ? En sapant leur image, et on ne va pas se priver, avec la complicité de mes équipes. La première étape consiste à systématiquement détourner le sigle R&D, lorsque l’on rencontre l’un des dignes représentants de cette entité. En ciblant bien sûr la personnalité de la personne à qui on a affaire, de manière à lui saper le moral…
    - Je travaille à la R&D.
    - Ah ? Récréation & Détente, c’est ça ? Ou alors Rigolade & Divertissement ?
    Et de partir dans un grand éclat de rire... En général, cela fait de l’effet, votre interlocuteur tourne les talons en ronchonnant et s’en va vaquer à ses occupations. Si les collaborateurs de votre service R&D sont plutôt portés sur la multiplication des pots de fin de journée, la R&D se transformera en « Rafraichissements & Désaltération » ou, pour les plus atteints en « Ragoût & Daube ». S’ils ont tendance à parler pour ne rien dire, la R&D deviendra « Radotage & Déblatérage », voire, s’ils insistent, « Rageant & Désespérant ». Si la R&D est victime de coupes budgétaires, son nom deviendra « Raclée & Dérouillée ».
     
    Vous vous en doutez, à force de subir des quolibets, des moqueries et autres sarcasmes bien envoyés, nos collègues de la R&D ne nous adressent quasiment plus la parole. Cela nous arrange bien. Maintenant, tout passe par le mail, nous gardons trace de tout, ce qui nous évite les déconvenues classiques, lorsque les projets sont modifiés de façon informelle qui fait que l’on ne s’y retrouve plus. C’était le cas avant, avec des interventions intempestives de la R&D pour modifier telle ou telle fonctionnalité sans la documenter ou pour anticiper des tests « juste pour voir ce que ça donne ». Si on les avait écoutés, on aurait fait des tests directement sur les machines de production !
     
    Pour prolonger l’effet Blitzkrieg, j’ai lancé auprès de mes équipes un petit concours pour détourner le sigle R&D. Chacun y est allé de sa vision de la R&D : « Rustines & Dégonflage », « Racolage & Débauchage », « Rangement & Débarras », « Rancoeur & désillusion »,  j’ai tout eu et le concours continue…
     
    Nous sommes désormais tranquilles et même tentés d’appliquer une approche similaire à l’égard d’autres directions métiers à qui il viendrait l’idée de venir asticoter la DSI… Mais, ce serait suicidaire, je finirai par me faire virer pour autisme technologique caractérisé. En attendant, j’ai appris que mes chers collègues de la R&D font le même exercice que nous et détournent le sigle DSI. Je m’attends au pire… Depuis « Dégage sans indemnités » (pour ceux qui m’en veulent), jusqu’au classique « Déficitaire Sans Interruption » (quand on dépasse les budgets) en passant par le traditionnel « Déchéance Soudaine Indiscutable » lorsque le DSI devient rattaché au DAF…

  • Espèce de...

    sehiaud-injure.jpgLe vénérable institut national de la statistique (INSEE) publie régulièrement des études très intéressantes sur la victimation. Vous ne savez pas ce que c’est, la victimation ? En gros, au-delà des traditionnelles statistiques de la police et de la gendarmerie, il s’agit d’interroger les individus sur les violences dont ils ont été victimes. Et comme beaucoup ne rentrent pas dans les statistiques officielles parce qu’aucune plainte n’est déposée, cela donne une meilleure image de l’insécurité.

    Bon, l’insécurité, je suppose que vous savez ce que c’est ? C’est, pour résumer, ce que l’on vit au quotidien dans notre métier de DSI. Je vous le précise tout de suite avant que vous ne me posiez la question : non, il n’existe pas d’enquête de victimation pour les DSI. Soit parce que cela n’intéresse pas les chercheurs et les statisticiens, soit parce que les DSI n’avoueront jamais faire l’objet de mauvais traitements.

    Et pourtant, nous en avons, des motifs de se plaindre ! Que nous dit la dernière étude de l’Insee sur la victimisation ? Qu’il y a des formes de violence plus fréquentes que d’autres. En tête de liste : les gestes déplacés (8,1% des personnes en auraient été victimes en 2012). Viennent en second : les menaces et les injures (en même temps), avec 6,9 %. Puis arrivent dans le classement : les menaces (sans les injures, il y encore des gentlemen…), le vol sans violence, l’exhibitionnisme et les coups entre conjoints…

    Finalement, toutes ces agressions, nous les subissons au quotidien. Les gestes déplacés ? Vous n’imaginez pas jusqu’où les utilisateurs sont capables d’aller : depuis le jet à plus de deux mètres d’un lourd cahier des charges lorsqu’on leur suggère que peut-être il faudrait que les besoins soient exprimés plus clairement jusqu’au bras d’honneur qui surgit lorsque mes équipes demandent gentiment à ce que la maîtrise d’ouvrage soit un peu plus présente lors des comités de pilotage. Les menaces ? Là encore, c’est notre lot quotidien, entre le classique « je vais te sucrer une partie de ton budget », le non moins traditionnel « Si tu ne me livres pas l’application en moins d’un mois, j’vais l’dire au DG », ou encore le récurrent « Si tu continues à emmerder mes collaborateurs avec ta politique de sécurité à la con, ta carrière est foutue, je m’en occuperai personnellement, j’connais du monde. »

    Les injures ? Bon, ça, tout le monde est logé à la même enseigne. Dans les toilettes du deuxième étage, une âme charitable à écrit au feutre indélébile « DSI, tête de con », avec la variante, dans l’ascenseur « DSI au pilori ! ». Les injures peuvent fuser lors des réunions, depuis le « vous n’êtes que des gros nuls » jusqu’à l’« espèce de connard » en passant par les « salopards », « empaffés », « faux cul », « crétins », « racailles », « pétasses». Ou encore : « De toute façon, à la DSI, vous n’êtes que des sales feignasses parasites payées à ne rien faire alors que c’est nous qui faisons tourner la boutique… »

    Le vol sans violence concerne tous les matériels qui ont une quelconque utilité. Par exemple, on surconsomme 146,87654% de toner d’imprimantes par rapport au nombre de pages que l’on imprime. Les PC qui disparaissent, officiellement détruits ou volés dans les transports, sont, eux aussi, très nombreux. On m’a même volé dans mon bureau trois câbles Ethernet, cinq tapis de souris (avec les souris qui vont avec..), mes goodies offerts par les fournisseurs (bon, là, ça m’arrange, la plupart de ces gadgets sont horribles…). Et même ma collection de tous les numéros de Best Practices ! C’est dire si certains sont vraiment tordus…

    En ce qui concerne l’exhibitionnisme, j’avoue que c’est plutôt rare. Je n’ai connu qu’un seul cas, celui d’un manager, qui s’est déculotté en criant « Et celle-là, tu l’as vue ! » après que je lui ai rétorqué qu’il « me demandait la lune avec ses exigences démesurées ». On sait que dans la plupart des cas, la victime connaît son agresseur. J’ai les noms…

     

  • Big Data, j’y vais pas…

    sehiaud-bigdata.jpgIl me semble important de résister à toutes les demandes, plus ou moins farfelues, que les directions métier nous adressent. À croire qu’elles ont toutes retenu la célèbre phrase : « Quand j’entends les mots big data, je sors mon DSI. » De quoi provoquer un accident fatal pour qui ne maîtrise pas les crans de sûreté. Il y a au moins dix arguments à retenir pour ne jamais s’engager dans la voie des big data.

    1. Le big data est un monde sans fin. Le big data c’est déjà big, mais nul doute que si vous vous engagez dans cette voie, vous aurez un jour ou l’autre à gérer le big big data. Et je ne vous parle pas du big big big big data qui va nous tomber dessus. Mais, avec un peu de chance, ce sont nos successeurs qui s’en occuperont.

    2. 93,565432 % de l’information n’ont de toute façon aucune valeur. Les big data, C’est bien, mais si c’est pour stocker et gérer des données qui ne présentent aucun intérêt, on ne voit pas l’utilité. À moins que vous n’ayez une vocation d’historien quand vous serez à la retraite… ou au chômage.

    3. Les utilisateurs n’ont qu’à se débrouiller seuls. S’ils veulent stocker de gros fichiers, analyser d’importants volumes de données, que les utilisateurs se débrouillent : avec leurs budgets, ils peuvent souscrire à des offres SaaS tout à fait correctes pour jouer avec leurs données. Sans venir sans cesse quémander des moyens à la DSI…

    4. Vous aurez de nouveaux amis. Avec le big data, comme avec le cloud d’ailleurs, vous allez avoir de nouveaux amis : les auditeurs, les juristes et les risk managers... À moins que tout ce petit monde soit peuplé de joyeux drilles (j’en doute, tout comme vous, sinon ils feraient un autre métier), vous vous préparez de belles réunions pour étudier le cycle de vie complet des données. Les expressions « Attendu que… », « Considérant que… » et « Vu le décret du… » vont devenir vos phrases fétiches. Bandes de veinards !

    5. Les utilisateurs vont vous casser les pieds. Comme avec le big data on peut tout stocker et tout faire, il y aura toujours un utilisateur qui aura une idée lumineuse. Et quand vous en aurez rabroué un, un autre prendra sa place, à l’instar des mauvaises herbes. Certes, nous, DSI, avons l’habitude de gérer des idées à la con, mais quand même…

    6. Il faudra investir en sécurité. Pour gérer les big data, il faudra plus de serveurs, plus d’interfaces, plus de sauvegardes… Tout cela devra être mieux sécurisé. Encore un trou dans votre budget déjà serré…

    7. Il faudra faire évoluer les compétences. On a déjà du mal à tenir nos équipes, entre ceux qui ont compris que, vu leur portefeuille de compétences, c’est plié pour eux s’ils se retrouvent sur le carreau, ceux qui pensent, à tort, qu’ils sont au top et ceux qu’on aurait jamais dû recruter… Si, en plus, il faut reconfigurer nos équipes pour s’attaquer au big data… Et on ne peut confier cette lourde tâche à la DRH, sous peine d’aggraver le problème !

    8. L’internet des objets va devenir un cauchemar. Il paraît que dans la galaxie big data, il y aura 50 milliards d’objets qui seront connectés, dans quelques années. Il y en a bien un qui va tomber sur la tête d’un DSI. Il faudra tout connecter, même les objets les plus  farfelus : il n’y a en effet aucune raison que l’on s’arrête aux montres ou aux stylos… Comme aurait pu dire l’illustre Michel Audiard : « Quand on mettra des connections aux objets, t’as pas fini de ramer. »

    9. Avec le temps réel, vous finirez à pas d’heure. Avec le big data et les applications qui vont avec, il va falloir exploiter les données en temps réel. Pas question qu’un marketeur attende un mois son rapport sur ce qui se dit sur les réseaux sociaux, que le financier poireaute des jours avant d’obtenir son tableau de bord décisionnel. Autrement dit, attendez-vous à rallonger votre journée de travail pour satisfaire tout ce petit monde. À moins que vous ne trouviez un pigeon pour faire le sale boulot à votre place !

    10. Votre direction générale sera plus proche de vous. Le big data, c’est quand même concret et c’est une raison pour que votre DG s’intéresse à ce que vous faites. Surtout si un de ses amis patrons lui a montré le dernier gadget à la mode, connecté à tout et qui récupère des infos en temps réel.  Une bonne nouvelle ? Peut-être si vous souffrez du syndrome dit de Caliméro et que votre DG vous manque. Une mauvaise nouvelle ? Sûrement si vous souffrez du syndrome de ÃÀwJ¥XQY  (en français : « Lâche moi, ça me fera des vacances »).

     

     

     

     

     

     

     

  • Mon nom est Bond... James DSI Bond

    sehiaud-007.jpg2013 a été le cinquantenaire des aventures de James Bond. Tout le monde sait qu’il est agent secret, mais s’il avait été un DSI ? Il aurait pu vivre les mêmes aventures, et même tourner les mêmes films avec des titres identiques… mais avec des scénarios sensiblement différents !

    Casino Royale. James DSI Bond devient l’adjoint d’un DAF particulièrement familier des systèmes d’information et qui alloue des ressources illimitées pour la DSI afin qu’il investisse dans la création de valeur. A noter que c’est le seul James Bond dont le scénario est entièrement basé sur la science-fiction.

    Jamais plus jamais. James DSI Bond passe quelques jours en galante compagnie, un joli « Core Model », rencontré lors d’une convention utilisateurs d’un éditeur d’ERP à Miami Bitch. Son boss le rappelle pour redresser la barre d’un projet CRM (Comment Ramasser des Moeufs) mal engagé…

    Demain ne meurs jamais. James DSI Bond doit affronter une organisation secrète, la « Legacy » qui menace de faire exploser la planète Système d’Information en plaçant dans des applications stratégiques des liens de code non documentées et dont les spécialistes sont tous partis à la retraite.

    Vivre et laisser mourir. James DSI Bond se fait nommer DSI Corporate afin de n’avoir aucun scrupule à confier des tâches peu gratifiantes à ses subordonnés.

    Opération Toner. James DSI Bond a fort à faire avec un méchant psychopathe qui a décidé de créer une pénurie de toner pour toutes les imprimantes de l’entreprise.

    Au service secret de Sa Majesté. James DSI Bond croit travailler pour les utilisateurs du système d’information alors qu’en réalité il travaille pour le DAF. Manipulé par ses chefs, il en est réduit à utiliser des gadgets pour s’en sortir (tableau de bord à indicateurs éjectables, pistolet à reporting explosif, Balanced Scorecard équipé d’un silencieux, schéma directeur à double fond, Flèches ISO 20000 empoisonnées….).

    L’espion qui m’aimait. James DSI Bond affronte une organisation de consultants bien décidés à tout savoir des projets de la DSI afin de tout revendre au plus offrant, des marchands d’armes de destruction masSIve particulièrement cruels, spécialistes de la revente de PowerPoint à ogives nucléaires et à Bullet Points acérés.

    Rien que pour vos yeux. James DSI Bond tombe amoureux de la nouvelle DAF qui lui promet de belles soirées en tête-à-tête pour discuter des aspects budgétaires du nouveau schéma directeur. Ce film n’a pas eu le succès escompté : 76,897 % des spectateurs se sont endormis pendant les quinze premières minutes, celles où la DAF, malgré ses atouts évidents (un excédent brut d’exploitation largement disproportionné eut égard à son soutien-compte d’exploitation), lui explique la philosophie des amortissements des immobilisations montées sur ressorts 2.0.

    Dangereusement vôtre. James DSI Bond doit renégocier tous les contrats fournisseurs, après avoir reçu un mémo de son DG, qui se termine par « Dangereusement vôtre… »

    Tuer n’est pas jouer. James DSI Bond lutte contre une bande d’experts Cobol, avant de s’apercevoir que ce sont en réalité des agents doubles dont la mission est de sauver les applications d’une mort certaine.

    Meurs un autre jour. Ce film de James Bond avait en réalité un titre plus long mais qui n’a pas été retenu par les producteurs. Le titre original était en effet : « Meurs un autre jour…. T’as le projet ERP à finir ! » Les producteurs ont en effet considéré que faire un film qui dure entre dix-huit mois (avec les meilleurs scénaristes d’Hollywood) et quatre ans (avec les plus mauvais des scénaristes assistés par une équipe d’intégrateurs et une SSII en régie) n’est pas raisonnable pour mobiliser la capacité de concentration des spectateurs…

    Octopussy. La pieuvre Legacy a paralysé le système d’information. James DSI Bond essaie de la combattre mais la pieuvre Legacy a de la ressource et réapparaît là où on ne l’attend pas.

    L’homme au pistolet d’or. James DSI Bond se bat contre un commercial avant-vente particulièrement cruel qui le menace de déclencher des tirs d’audit de licences à fragmentation.

  • Les Experts à la DSI

    sehiaud-experts.jpgJ'ai une chance extraordinaire. L'un de mes amis, qui travaille dans une chaine de télévision m'a permis de visionner un épisode inédit de la série Les Experts. Vous savez, celle qui cartonne sur TF1... Je vous en livre en exclusivité l'essentiel des dialogues entre les enquêteurs, qui viennent d’arriver sur une scène de crime particulièrement horrible dans une grande entreprise industrielle.

    - Qu'est-ce qu'on a ?

    - Une seule victime... Un projet informatique, il travaillait là depuis trois ans. Reculez, Lieutenant ! C'est pas beau à voir...

    - Qui a découvert la victime ?

    - Un utilisateur qui s'inquiétait de ne pas avoir de livrables et qui est venu aux nouvelles. Il a trouvé la victime gisant dans une mare de spécifications. Non, vraiment, ce n’est pas beau à voir...

    - On a des indices ?

    - En fait, pas grand-chose. La victime travaillait sur des avenants qui allaient être révélés aux utilisateurs, mais rien d'important. D'après les utilisateurs que nous avons interrogés, des avenants, il y en avait en permanence, personne n'y faisait plus attention... Ils s'étaient résignés, à force.

    - Et l'arme du crime ?

    - Selon le consultant-légiste spécialiste des analyses post mortem, la victime est morte étranglée par un délai contondant, elle a également été frappée par un dépassement de budget aiguisé, égorgée avec un cycle en V, assommée par un livrable de 390 pages et, apparemment, achevée par un test grandeur nature qui lui est tombé dessus.

    - C'est moche. Mourir si jeune…

    - Heu… si jeune ? Pas tellement, d’après les premiers utilisateurs que l’on a interrogés, ça fait plus de trois ans que personne ne savait ce qu’il y avait dans ce projet.

    - Demandez au légiste de chercher s’il y a des traces de pragmatisme dans le projet, si la victime consommait régulièrement des comptes rendus d’avancement, si des doses de bon sens ne lui auraient pas été injectées, ou s’il y a des traces de mauvaise foi(e). Dites aussi au légiste de pratiquer une analyse des besoins, ça peut être une piste pour identifier un suspect.

    - Celui qui a fait ça s'est acharné...

    - A mon avis, ils étaient plusieurs. Un tel degré de sauvagerie, on n’a jamais vu ça. Assassiner un projet informatique qui n’a jamais fait rien de mal.

    - C’est peut-être justement pour ça qu’on l’a tué. Il devait coûter cher et ne rien rapporter… Quelqu’un s’en est aperçu et ne l’a pas supporté. On a déjà vu ça, souvenez-vous, Sergent, dans l’affaire du tueur en série de la Silicon Valley.

    - Celui qui assassinait toutes les releases, la nuit pendant que les locaux étaient déserts ?

    - Oui, rappelez-vous, on a eu du mal à la coincer, c’était un développeur parano-schizophrène obsessionnel compulsif atteint de stress post-traumatique et de dédoublement de la personnalité avec un MOA hypertrophié.

    - Avez-vous trouvé des empreintes ?

    - On a une empreinte carbone, mais c'est celle de la victime, c'était un projet de développement durable… A part ça, rien.

    - Rien non plus du côté de la vidéosurveillance ?

    - Non, le lieu du crime est une DSI, c'est une vraie tour d'ivoire, pas de caméras, tout le monde se connaît et les utilisateurs n'y pénètrent que rarement.

    - Et l'enquête de voisinage, ça donne quoi ?

    - On a interrogé des projets agiles, mais ils n'ont rien vu. Ils ne s’entendaient pas bien avec la victime qui était un projet de la vieille école…

    A la fin de l’épisode, on ne sait toujours pas qui a assassiné le projet informatique : le nombre de suspects étant trop nombreux pour un format de cinquante-deux minutes. Et tout le monde a soit un alibi, soit un mobile ! De quoi rendre fou n’importe quel enquêteur… 

    Hélas, cet épisode ne sera jamais diffusé. Les producteurs ont en effet jugé que ce spectacle étant tellement insoutenable, il ne pouvait pas être diffusé à une heure de grande écoute. Et il serait interdit aux chefs de projet de moins de 45 ans... Comme il est écrit dans les génériques : certaines scènes sont susceptibles de heurter les âmes sensibles…

  • Pourquoi je réinternalise… oui au fait, pourquoi ?

    sehiaud-outsourcing.jpgIl paraît que le marché mondial des services d’outsourcing aura atteint 251 milliards de dollars en 2012 si l’on en croit les doctes estimations de Gartner. Si je compte bien, ça fait quand même 688 millions de dollars qui sont chaque jour dépensé dans le monde par les entreprises et c’est autant de fric qui va dans la poche (que l’on dit profonde) des prestataires de services d’outsourcing.

    Moi, je ne vous la cache pas, j’ai décidé de réinternaliser. De toute façon, je ne fais rien comme tout le monde, vous vous en êtes certainement déjà aperçu... Et je ne manque pas de bonnes raisons. J’en ai même trouvé au moins dix, en espérant vous convaincre de regarder à deux fois avant de confier votre système d’information à un tiers. Comme disait l’incontournable philosophe Sun Tzu : « Un tiers ne vaut pas mieux que deux tu l’auras. »

    1. Vais-je continuer longtemps à être pris en otage par un prestataire ? Ce n’est quand même pas évident d’affirmer à son DG que, d’un côté le SI est extrêmement stratégique et, de l’autre, le SI est entièrement à la merci d’un multinationale cotée à Wall Street dont la stratégie peut changer du jour au lendemain au gré des acquisitions et des exigences de ses actionnaires…

    2. Vais-je continuer longtemps à voir mes coûts dériver ? On connaît le business modèle des infogéreurs : des réductions de coûts les deux ou trois premières années, après, une fois que le poisson (nous…) est dans la nasse, augmenter les coûts mais sans trop forcer…

    3. Vais-je continuer longtemps à avoir comme interlocuteurs des bras cassés ? Chez les prestataires, comme chez nous, on trouve de tout. Mais quand on tombe sur un où la proportion de bras cassés est supérieure à la moyenne, on n’est pas sorti de l’auberge…

    4. Vais-je continuer longtemps à passer mon temps à benchmarker mon prestataire pour vérifier si ses coûts et ses prestations sont alignés sur ce que font ses concurrents ? On a toujours un doute. Soit on fait confiance, soit on vérifie une fois par an que le prestataire fait aussi bien, sinon mieux, que ses concurrents. Mais vu le prix de journée que les cabinets de conseil spécialisés dans ce type de benchmarking nous facturent, je n’ai plus les moyens…

    5. Vais-je continuer longtemps à voir mes SLA en voie de sous-développement ? Outre le fait de les surveiller régulièrement, je dois passer beaucoup de temps, avec mes équipes, à chercher pourquoi mes niveaux de services sont de moins en moins bons…

    6. Vais-je continuer longtemps à chercher qui est responsable des dysfonctionnements et à renégocier des changements de périmètre ? C’est le classique « Ce n’est pas moi, c’est le prestataire… Ben, non ce n’est pas moi, ça vient de chez vous…. »

    7. Vais-je continuer longtemps à consacrer 23,6 % de mon temps à piloter des prestataires qui sont censés être autonomes pour « répondre de façon proactive aux besoins de leurs clients », puisque c’est ce que leurs commerciaux aux chaussures pointues m’ont vendu ? Les réunions de pilotage, de coordination, de bilan, de revue de SLA… ca commence à me fatiguer… Même si je fais autre chose pendant que les équipes de mon prestataire se gargarisent de leurs performances…

    8. Vais-je continuer longtemps à me demander si, à force d’externaliser, je vais finir tout seul à la DSI et passer pour une bille auprès de mes collègues qui « managent » des dizaines voire des centaines de collaborateurs ? C’est effectivement ce qui risque d’arriver lorsque tout un SI devient externalisé…. Avant que le DSI soit lui-même externalisé à Pôle Emploi !

    9. Vais-je continuer longtemps à attendre que l’on me propose de nouvelles idées, de nouvelles manières de faire et d’être plus performant ? Comme quoi l’innovation n’est pas toujours compatible avec les exigences d’une approche industrielle pour mutualiser des capacités avec un maximum de clients.

    10. Vais-je continuer longtemps à passer une partie de mon temps à relire des contrats de plusieurs centaines de pages en me demandant à chaque page où est le piège tendu par on ne sait quel juriste grassement payé par un prestataire qui voudra jamais sacrifier ses marges ? Et comme, à mon âge, ma vue baisse, imaginez le calvaire pour déchiffrer des clauses écrites en corps 8.

     

     

  • Curriculum vite !

    sehiaud-CV.jpgIl parait que la fin de l’année s’annonce chaude pour les DSI. Plusieurs de mes estimés (sauf par leur DG…) confrères se sont retrouvés sur le carreau. Alors que, de l’avis de tous (sauf de leur DG…), ils sont loin d’avoir démérité. Je me suis donc « mis en veille professionnelle » comme on dit. Les annonces de recrutement de DSI ne courent pas les rues, ce sont plutôt les DSI qui courent après les annonces d’emploi.

    Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais, avec l’expérience, on arrive à lire entre les lignes. Je suis tombé sur l’une de celles-ci pour le recrutement d’un DSI et dont je vous livre le contexte : « Bonne expérience dans la gestion et l’exploitation d’environnements informatiques et le pilotage opérationnel d’une équipe. Autonome, responsable, vous faites preuve de rigueur, d’organisation, et savez être réactif et orienté solution. Votre forte analyse et votre esprit de synthèse, vous permettent d’identifier rapidement les dysfonctionnements ou les erreurs préjudiciables à votre activité. Résistant au stress, vous avez rapidement une vision globale, avec du recul, dans un souci d’efficacité. Vous avez un très bon relationnel, et savez-vous positionner de manière pertinente et adaptée. »

    Bon, là, avouez que ce n’est pas gagné pour la nouvelle recrue qui va mettre dans cette entreprise, dont l’annonce se garde bien de dire de qui il s’agit. Tout juste sait-on que c’est dans le sud de la France. « Autonome et responsable » : en clair, on va vous laisser vous débrouiller et vous ne pourrez compter sur personne. « Vous faites preuve de rigueur et d’organisation » : en clair, ça devait être le souk avec le prédécesseur. La preuve ? « Votre forte analyse et votre esprit de synthèse, vous permettent d’identifier rapidement les dysfonctionnements ou les erreurs préjudiciables à votre activité. » Là, c’est sûr, plus aucun doute, il y a des cadavres dans les placards. Et, cela va de soi, tout ce qui est préjudiciable à votre activité sera retenu contre vous pour vous virer avant la fin de la période d’essai. La preuve encore ? Il faut être résistant au stress. Et quand un recruteur écrit ça dans une annonce, ça veut dire qu’il faut être blindé et prêt à affronter tous les cataclysmes IT du monde. Sans oublier les aspects politiques, traduits par « se positionner de manière pertinente et adaptée. » « Pertinente » lorsqu’il s’agit d’avaler des couleuvres face à la DG sans faire de vagues (même si les couleuvres savent nager…). « Adaptée » lorsqu’il est temps de quitter le navire.

    Au quotidien, il va falloir faire preuve de ténacité. Parmi les missions demandées : « Tenir informé les utilisateurs sur les procédures à respecter pour contribuer à la fourniture d’un
    service de qualité. »
    Ils ne respectent donc aucun processus… ? « Analyser et contrôler la qualité effective de service rendu au client en pilotant des points de fonctionnement périodiques avec chaque client interne sur l’avancement du traitement de ses  demandes, la résolution des problèmes et le niveau de satisfaction des prestations fournies. » En plus, il y a du laisser-aller dans la qualité de service, il ne manquait plus que ça… « Garantir une assistance technique réactive et efficace aux utilisateurs pour la mise en œuvre et l’utilisation des environnements informatiques de Build » : là non plus, ça ne doit pas fonctionner de façon « réactive et efficace ». Surtout qu’il faut « veiller au respect des objectifs de délai et de qualité négociés pour les prestations de gestion des environnements. » Plus aucun doute : les dérapages sont quotidiens.

    Admettons. Tout ça, je peux le faire. Même pas peur ! Quand on a connu des collègues obtus, des utilisateurs de mauvaise foi, des fournisseurs rapaces, des collaborateurs aussi réactifs qu’une limace, on peut tout faire. Même à Marseille. Mais, en plus, le recruteur demande une connaissance fine des environnements techniques : de Solaris 8 à Linux, en passant par HP-UX, VMware et autres quincailleries, sans grand intérêt pour un DSI, de chez Oracle, EMC, HP et Cisco.

    Les nombreuses et inattendues chausse-trappes du management des SI, les dérives de la gouvernance, les pièges des schémas directeurs, les psychodrames des relations avec les métiers, l’incompétence de la DG, les négociations musclées avec les fournisseurs…. Tout ça, je veux bien, j’ai l’habitude. Mais replonger dans la technique, non merci ! Après toute l’énergie que l’on a consacrée à en sortir ! Je ne dois pas être le seul à réagir de la sorte, l’annonce de recrutement est en ligne depuis plus de trois mois !

     

     

     

     

  • Club pas Med

    sehiaud-cio.gifC’est une épidémie… J’ai encore trouvé une invitation à rejoindre un club de DSI ! Ça commence à faire beaucoup. Certains diront que l’on est gâtés : on peut ainsi participer au club 01 DSI, au club Décision DSI, à CIOnet, au Club CIO, au club des DSI d’IDC, au Club CIO-CXO du Magit, au club Silicon DSI, à l’Agora des DSI… Et si j’étais africain, je pourrais en plus participer aux clubs d’AfroCIO. Sans parler de tous les événements auxquels nous sommes conviés, de feu l’IT Business Forum à Top DSI (tous les deux à Deauville, c’est dire si la profondeur des contenus est mise en avant…), en passant par les Entretiens d’Opio (au moins c’est au Club Med, l’organisateur sait recevoir…), et tous les pince-fesses (enfin, façon de parler parce que ça manque de DSI femmes…). Comme disait le regretté Coluche : « Jusqu’où s’arrêteront-ils ? ».

    Et chacun rivalise pour nous attirer, le plus souvent dans un traquenard tendu par des fournisseurs avides de nous fourguer leurs documents commerciaux dont nous n’avons que faire, avec une forte proportion de commerciaux dont la longueur des chaussures pointues et inversement proportionnelle à leur finesse intellectuelle. Et, cela va sans dire, ils sont tous leaders. Par exemple, le Club Décision DSI « est la plus importante organisation européenne dans son domaine et  regroupe plus de 900 décideurs informatiques d’entreprises privées et d’entités  publiques de plus de 200  salariés localisées sur la  France entière. » Bigre ! De son côté, CIOnet affirme que, avec 3 500 DSI, c’est « la plus grande communauté de dirigeants informatiques en Europe ». Faudrait savoir ! A priori, 3 500, c’est plus que 900, mais on peut se tromper, nous autres, DSI, c’est bien connu, ne sommes pas trop à l’aise avec les chiffres.

    Le Club CIO France, lui, se définit comme le « premier réseau social exclusivement réservé aux managers des systèmes d'information. »  Mince, encore un premier de la classe ! De son côté, le réseau CIO/CXO « permet de profiter d'un contenu exclusif orienté sur la valorisation business du SI, de connaitre en temps réel le niveau de participation et l'engagement de vos pairs, d'intégrer des communautés d'échange sur et autour des conférences, de rencontrer nos partenaires autour de vos problématiques métiers. » Bon, là, on ne comprend rien, sauf que les fournisseurs vous attendent au tournant…

    On remarquera que quatre entreprises concurrentes utilisent la même dénomination : CIO. Le site Web Magit, l’autre site Web CIO, le réseau social CIOnet et CIOMag. Comment voulez-vous que l’on s’y retrouve ? Comme élément différenciateur, on pourrait trouver mieux et n’importe quel étudiant d’une école de commerce de seconde zone qui proposerait à quatre entreprises concurrentes de promouvoir un marque identique se verrait probablement recaler à ses examens pour n’avoir rien compris à l’avantage compétitif d’une entreprise.

    En attendant, et à supposer que notre emploi du temps sous en laisse la possibilité, où faut-il aller ? J’avoue que je ne sais pas. Ils sont certes très sympathiques, tous ces organisateurs, mais qu’avons-nous à y gagner ? Je passe sur le cas de certains de nos collègues, relégués à dans des placards et qui ont tout intérêt à en sortir pour aller se restaurer gratuitement matin, midi et soir. Mais nous avons de moins en moins la possibilité de passer notre temps dans des clubs.

    Je me vois mal expliquer à mon DG, qui, pourtant est amateur de clubs, y compris les plus louches et licencieux, que je consacre la moitié de mon temps de travail à musarder dans les grands hôtels pour récupérer quelques cartes de visites de commerciaux et des docs produits que je pourrais obtenir par un simple coup de fil ou quelques minutes de surf sur le Web. Si encore nous avions du contenu pertinent, ça serait toujours ça de gagné ! Même pas… Tous ces clubs fonctionnent sur de l’éphémère, du superficiel,  du court terme, bref, du vent… ! Ça serait bien que l’on nous concocte un « club des clubs », pour que l’on se déplace une seule fois. C’est bien suffisant… On aurait donc besoin d’un autre CIO comme Centre d’Information et d’Orientation. Ah ? On me dit que c’est pris, que ça existe et que c’est un ministère qui s’en occupe. Nous voilà bien avancés…