Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 septembre 2009

Voulez-vous travailler avec moi ?

sehiaud-work.jpgCa recrute pour 2010 ! La direction des ressources humaines nous a demandé, avant l'été, d'établir nos prévisions de recrutement pour 2010. Eh oui ! Moudelab & Flouze Industries va augmenter ses effectifs. C'est plutôt bon signe et, comme dit Pierre-Henri Sapert-Bocoup, notre PDG, « c'est en période de crise qu'il faut muscler nos compétences ». Pas faux et ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre. J'ai donc établi la liste des postes stratégiques dont la DSI va devoir se doter pour affronter ces temps difficiles et être prête pour la reprise. Je vous livre en exclusivité les profils dont nous allons avoir besoin : courtisan du ROI, aboyeur d'appel à projets, amaigrisseur de client lourd, enfouisseur d'effet tunnel, couvreur de problématiques, assignateur à résilience, ramasseur d'entreprise étendue, vidangeurs de moteurs de recherche, viseur de cibles métiers, agent de résistance, géomètre des délais dépassés, créditeur de haut débit, sans oublier le nettoyeur de cabinets d'audit... Pour consulter les profils de compétences de tous ces talents improbables mais néanmoins indispensables pour une DSI, lisez donc le numéro 29 de la revue Best Practices Systèmes d'Information, paru le 7 septembre.

 

31 juillet 2009

Marge arrières toutes

sehiaud-euro.jpg

Face à la pléthore de fournisseurs, comment faire le bon choix ? Sachant, bien sûr, qu'il est hors de question de prendre des risques et de voir débarquer dans l'entreprise des consultants ou des produits qui ne tiennent pas la route. Il paraît qu'il y en a sur le marché... L'idéal ? Des solutions logicielles robustes, des consultants compétents et pas trop chers pour les mettre en oeuvre : voilà ce dont nous avons besoin. ça, c'est la théorie. Pour la pratique, il faut se débrouiller comme on peut. Pour atteindre cet objectif, il y a plusieurs manières de procéder...

(Lire la suite dans le numéro 28 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

 

 

26 juillet 2009

R.A.S. sur le R.O.S.

sehiaud-ros.jpg

Ce jour-là, l'ambiance est plutôt glaciale dans la salle du comité de direction. L'heure est grave. Toutes les directions métiers passent sur le grill de l'incontournable retour sur investissement. Pierre-Henri Sapert-Bocoup et le DAF, son allié objectif (quoique...) se sont mis en tête de mettre des chiffres derrière, devant, au-dessus et au-dessous de chaque projet. Gare à celui dont le bilan prévisionnel s'avèrerait négatif ! Le tout est emballé dans un joli nom de programme : PET pour « Programme d'Excellence Transversale », complété, en ce qui concerne la DSI, par le programme ROT (Return On Technology). Tout cela a été concocté dans le plus grand secret par notre directeur financier, qui a passé deux semaines en séminaire aux États-Unis, invité par le cabinet Gare-à-tes-nerfs.

(Lire la suite dans le numéro 27 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

 

 

 

 

04 juin 2009

Les méthodes à Gilles

C006_89a.jpg

Il faut que nos systèmes d’information soient plus flexibles. Le message des directions métiers est clair. On connaît la chanson et ce n’est pas la première fois qu’on nous repasse les plats pour l’accompagner. Mais qu’est-ce que cela veut dire, flexibles ? Je me suis permis de poser cette question lors du dernier comité de direction.

- … Eh bien, cela signifie qu’on ne doit pas attendre des mois avant qu’un projet nous soit livré, se lance le directeur marketing.

- … Que lorsque l’on est confronté à un problème, les équipes de la DSI soient réactives, même en dehors des heures de travail ajoute le DAF.

- … Que la DSI nous propose des outils pour gagner en productivité mais que les solutions ne soient pas trop innovantes, on ne tient pas à essuyer les plâtres ; ni trop ringardes, on ne tient quand même pas à passer pour des « losers » vis-à-vis des concurrents et des clients, renchérit le patron de la logistique.

- … Que l’on puisse changer nos fonctionnalités quand on s’aperçoit que les évolutions de notre métier imposent de changer, demande la patronne des ressources humaines.

N'en jetez plus ! Avec tout cela, je suis bien avancé !...

(Lire la suite dans le numéro 26 de la revue Best Practices Systèmes d’Information)

11 mai 2009

ParadIS fIScal

money.jpg

Nous n'avons pas le G20. Au comité de direction, nous ne sommes que dix, c'est déjà beaucoup. J'aurais aimé pourtant que cette docte assemblée s'intéresse à un problème que nous, DSI, avons à gérer mais pour lequel nous ne sommes pas aidés, ni soutenus. C'est même le contraire. Je veux parler des paradis fIScaux. A l'image des vais paradis fiscaux, ce sont des places qui ne sont pas encore offshore (ça serait plus simple d'en délocaliser certains sous les tropiques, histoire si ils seraient si imaginatifs...), mais qui ont leur propre autonomie, tout en affirmant qu'ils se conforment à la pratique générale. Ce sont des places qui brassent des millions (de lignes de codes, pas de dollars).

(lire la suite dans le numéro 25 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

27 avril 2009

Effet tunnel, faut-il arrêter de creuser ?

tunnel.jpgDevinette : savez-vous comment fait un DSI pour échapper à l’emprise des directions métiers et des utilisateurs ? Il creuse un tunnel et crée autour une stratégie que l’on appelle l’effet tunnel. Le fameux effet tunnel dont tous les consultants en management de systèmes d’information nous affirment que l’un de nos objectifs doit être de le réduire, par exemple avec des approches de développement rapide ou le prototypage. Sûrement pas ! Car, si l’on y réfléchit, l’effet tunnel a bien des avantages. Revenons un instant sur son principe.

(Lire la suite dans le numéro 24 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

17 avril 2009

Noyé dans un multicanal

J’imagine très bien le titre d’un article en bonne place dans la rubrique « faits divers » d’un quotidien : « Un directeur marketing retrouvé noyé dans un multicanal ». Car c’est exactement ce qui s’est passé dans notre groupe, Moudelab et Flouze Industries. Figurez-vous que notre nouveau directeur marketing, Adrien de Poinzérau, directement issu de la grande distribution, s’est mis en tête de « muscler » notre gestion de la relation client. Louable intention, tant nous avons du retard à rattraper. La DSI lui a donc développé la panoplie complète : c’est le marketing qui paie, on a sorti le grand jeu, dans le cadre de la stratégie CRM (Comment Ramener la Monnaie).

(Lire la suite dans le numéro 23 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

14 avril 2009

Je (dé)capitalise

« Il est urgent d’envisager les moyens de décapiter le système d’information ». La note produite par notre direction financière à l’attention de la direction générale, et d’elle seule, m’a fait bondir. Grâce à une bonne âme au sein de la DAF, j’ai eu accès à ce document pour le moins provocateur. Comme quoi, pour un DSI, disposer d’une taupe dans les endroits stratégiques de l’entreprise, et la direction financière en est un, se révèle bien utile. J’ai relu au moins trois fois cette phrase qui signe l’arrêt de mort de la DSI : décapiter… Le mot est fort, et même cruel.

(Lire la suite dans le numéro 23 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

30 mars 2009

T’as du Madoff ? J’ai du Satyam…

Notre patron, l’inamovible Pierre-Henri Sapert-Bocoup, se lamente de plus en plus. Non pas, pour une fois, à cause du système d’information qu’il ne trouve pas assez à son goût. Mais parce qu’il a eu le malheur de placer ses quelques (!) économies au Luxembourg, dans un établissement qui lui a garanti une rémunération record et régulière de près de 10 % par an. Et il est arrivé ce qui devait arriver, selon l’adage que tout le monde connaît mais que personne n’applique : « Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que c’est trop beau pour être vrai ! ». Il a tout perdu, ignorant que toutes ses économies avaient été placées chez l’honorable Bernard Madoff. Notre bien-aimé PDG a donc fait une croix, selon les mauvaises langues, sur quelques centaines de milliers d’euros. Passons sur ce que nous aurions pu réaliser, à la DSI, avec une somme pareille. Non pas un nouveau système ERP (c’est juste le prix d’un bout de licence…) mais au moins un petit ravalement de quelques applications vieillissantes. Toujours est-il que l’ambiance, au comité de direction est plombée…

(Lire la suite dans le numéro 22 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

16 mars 2009

Green de peur

Tout comme les crises qui surviennent tous les cinq à dix ans, les bulles, elles aussi, gonflent tous les cinq à dix ans. D’ailleurs, les deux sont liées… Les premières aident les secondes à se dégonfler. à l’heure actuelle, nous avons de la chance : nous en avons deux pour le prix d’une ! La première, c’est la bulle des réseaux sociaux. Que ne nous rabâche-t-on pas avec ces réseaux sociaux !
- T’es sur Viadeo, LinkedIn ou Facebook ? Et Twitter, t’as testé ? m’a demandé dernièrement notre directeur marketing, qui, il est vrai, a quelque temps libre pour faire du relationnel. Quand un système informatique est planté, ça se voit tout de suite, quand un système marketing se plante, non seulement cela ne se voit pas, mais on pense tout de suite qu’il s’agit d’un sursaut de créativité qui ne demande qu’à éclore…
- Ben non, je suis en plein dans le schéma directeur SI, alors les réseaux sociaux, on verra ça plus tard. Un jour…
- T’es malade ! me rétorque notre bien-aimé directeur marketing, c’est l’avenir, tout le monde y est, surtout tes informaticiens…
Ah ! c’est donc ça…

(Lire la suite dans le numéro 21 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)