Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2010

Cahier décharge

poubelle.jpg- Peut-on inscrire notre nouveau besoin au cahier des charges de l'application CRM (Comment ramener la monnaie) ?

Encore... ! Cela ne fait que la quinzième fois que la direction marketing me demande, que dis-je, exige, que les évolutions de ses besoins soient pris en compte « dans les meilleurs délais » Pourquoi ? Parce que la direction marketing est l'une des directions métiers les plus consommatrices de nouveaux projets. Ils veulent toujours lancer de nouvelles offres pour tacler la concurrence. Pourtant, sur notre marché, la pièce détachée industrielle, nous ne sommes pas dans les télécoms où les opérateurs lancent des dizaines de nouvelles offres chaque année, et autant de changements dans le système d'information.

Mais, depuis que notre Président, Pierre-Henri Sapert-Bocoup, a lu dans la Industry Buzinaisse Reviouve que les meilleures entreprises se différencient par le rythme de lancement de nouveaux produits, le marketing ne nous lâche plus. Nous avons déjà mené à bien l'application BUSE (Business utile sans effort) pour renforcer nos liens avec nos revendeurs, le projet RACLURE (RAttrapage des Clients Usés par des Relances Excessives) pour fidéliser nos consommateurs et le projet DUCON (Développement Unifié du Commerce Online Nouveau) pour vendre encore plus sur le Web. Sans oublier le projet BLAIREAU (Benchmarking Limité A l'Informatique REpartie Aux Utilisateurs) pour vérifier si les utilisateurs de la direction marketing sont bien équipés (...)

Lire la suite dans le n° 44 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.

 

08 mai 2010

Sortie de crise en UVWXYZ

keegan_2006_0924Stuff0049.jpgLes économistes sont quelquefois amusants. Ils nous ont inventé un petit jeu que l’on pourrait baptiser « la sortie de crise pour les nuls ». Principe : avec des lettres, on imagine des scénarios de sortie de crise, par exemple en J (retour rapide à la croissance), en U ou en V (une bonne dépression entre deux périodes d’euphorie) ou encore en W, avec un répit de courte durée avant de retomber dans une nouvelle crise. Je préfère la reprise en M, au moins, il n’y a qu’un creux… Tant que ces analogies restent dans des formes compréhensibles, on peut prévoir ce que sera l’évolution des systèmes d’information. Avec une reprise en J, le nombre de projets va exploser, avec un U également (mais sans les budgets qui vont avec, on s’est habitué à ne plus en avoir dans le creux du U…) et avec un W on a intérêt à se ménager ses arrières car la prochaine crise pointera son PIB atone peu de temps après que nos directions générales se croiront sorties d’affaire. Problème : (...)

(lire la suite dans le n° 42 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

23 mars 2010

Une pression, Une !

sehiaud-lettre.jpg- Mon cher, Séhiaud, pouvez-vous passer me voir ? Dès que possible…
Oh, que je n’aime pas ça ! D’abord parce que, en général, lorsque le PDG, Pierre-Henri Sapert-Bocoup, veut me rencontrer, il confie à son assistante la tâche de fixer un créneau horaire. Il ne m’appelle directement qu’en cas de problème. La dernière fois, c’était quand son WhiteSherry (ne cherchez pas, c’est du matériel ouzbek contrefait, mais c’est pas cher) est tombé en panne. Ensuite, s’il me donne du « Mon cher Séhiaud », c’est plutôt mauvais signe. Enfin, je ne m’y trompe pas : « Dès que possible » signifie « vous devriez déjà être là » !

Il suffira de voir sa tête lorsque je rentrerai dans son bureau… J’ai vu : c’est la tête des mauvais jours.
- Lisez cela, me dit-il.
J’imagine qu’il s’agit d’une lettre de démission qu’il me demande de valider avant de la signer puis de m’en aller voir si Pôle Emploi a un job pour moi. Mais non...

(Lire la suite dans le numéro 40 de la revue Best Practices Systèmes d'Information).

16 février 2010

Cigref "profiler"

sehiaud-profiler.jpgLe Cigref et Capgémini Consulting ont publié fin 2009 une étude avec un titre qui produirait le plus bel effet si je l'utilisais pour le prochain comité de direction : « L'information : prochain défi pour les entreprises, pratiques de création de valeur par les SI et leur usage, cartographie 2009 ». J'ai donc profité de mes quelques jours de vacances pour dévorer les 52 pages de ce rapport tout à fait intéressant. Je me suis particulièrement focalisé sur ce qui caractérise la maturité des DSI et à la typologie proposée. Suis-je mature ? A voir la liste de toutes les qualités nécessaires, j'en doute : il faut à la fois être le support du pilotage, de l'innovation, des processus métiers et de la production. En fait, je pilote comme je peux, j'innove quand j'ai le temps, je supporte les processus métiers au vrai sens du terme mais je produis ! Ca, pour produire, on produit. D'ailleurs, la plupart de mes collaborateurs ont adopté l'expression « retourner à l'usine » quand ils sortent de la cantine ! (...)

(lire la suite dans le numéro 39 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

 

25 janvier 2010

2010 : chance, réussite, argent… et bla-bla, etc.

sehiaud-belier.jpg« 2010 sera différent de 2009. » On dirait une parole creuse de voyant (pléonasme). Justement, pourquoi n'y-a-t-il pas de voyants et d'horoscopes dans nos métiers ? Cela nous serait bien utile. Je vous propose, en exclusivité, l'horoscope du DSI pour débuter cette année 2010. Avec une précision : les textes suivants sont issus de vrais horoscopes. Je n'ai rien modifié, pas un mot, pas une virgule, et je parie avec vous que, comme moi, vous identifierez des situations vécues. J'ai quand même ajouté quelques commentaires, je ne peux m'en empêcher ! Et vous aurez économisé le prix d'une consultation surtaxée auprès d'un escroc, pardon, d'un médium-tireur de cartes (perforées).

Bélier

« Vous avez le vent en poupe si vous décidez de lancer un projet, votre créativité est favorisée, il vous sera plus facile d'entreprendre en ce sens. N'hésitez pas, exprimez vous, vous serez reçu cinq sur cinq ! Vous êtes en haut de la vague jupitérienne, profitez en pour parler de vos revendications, vous aurez l'aplomb nécessaire en étant tout simplement vous-même. Votre vie professionnelle s'annonce plus dynamique, c'est le moment de parler de votre statut à vos

supérieurs, de chercher des appuis utiles. Vous ne ferez pas cavalier seul cette année, c'est le moment de chercher des collaborations, de vous associer, de contracter des partenariats, d'aller au-devant des autres. Vos intérêts s'harmonisent avec votre entourage, c'est le moment de chercher la conciliation, la collaboration et d'arrondir les angles. Tout ce qui est relatif à des signatures de contrat est particulièrement favorisé. »

Même si j'ai le vent en poupe, je vais remballer ma créativité. Je ne suis pas sûr d'être « reçu cinq sur cinq », surtout si j'annonce à mon PDG que, comme je suis « en haut de la vague jupitérienne », il doit m'accorder tout ce que je demande. Mes « intérêts s'harmonisent avec ceux de mon entourage » : une bonne nouvelle ? Pas sûr, je préférerais que ce soit l'inverse...

(Lire la suite dans le numéro 37 de la revue Best Practices Systèmes d'Information)

 

04 janvier 2010

BAM tragique à la DSI

sehiaud-bam.jpg- Qu'est-ce qu'ils fichent dans les métiers ? Ils veulent une DSI transparente, mais, c'est vrai, quoi, eux, ils fichent quoi ? C'est une bonne question et je remercie mon responsable des études de l'avoir posée lors de la dernière réunion projet. Regarder de près ce que font les métiers m'a toujours attiré. N'est-ce pas le fondement même de notre métier, au-delà de la technologie ? Nous avions, jusqu'à présent, engagé quelques initiatives, mais très parcellaires et qui ne donnaient guère satisfaction.

Parmi les nombreux commerciaux qui défilent dans mon bureau pour nous vendre leur dernière « innovation révolutionnaire avant-gardiste » et qui me laissent des kilos de brochures, nous les conservons d'ailleurs précieusement dans une armoire forte, l'un s'était délesté d'un white paper sur le BAM. Comprendre « Business Activity Monitoring » et non « Balayons les Arguments des Métiers »...

(lire la suite dans le numéro 36 de la revue Best Practices Systèmes d'Information).

 

 

24 décembre 2009

Ca sent le RACI

sehiaud-raci.jpgDans mes louables efforts d'optimisation de nos méthodes de travail, j'ai systématisé un partage des responsabilités parmi mes équipes et dans leurs relations avec les directions métiers. Je me suis inspiré de l'approche que l'on trouve dans les référentiels, en particulier Itil. En clair, l'approche RACI qui différencie ceux qui Réalisent, qui Approuvent, qui sont Consultés et qui sont Informés. Il est vrai que cela devenait un peu le bazar dans notre gestion de projet, entre ceux qui réalisent sans approbation (si, si, ça existe, ça leur fait tellement plaisir...), ceux qui approuvent des tâches auxquelles ils ne comprennent rien, ceux qui veulent être consultés sur tout simplement pour le plaisir d'être en réunion parce qu'ils n'ont pas d'autre chose à faire, et ceux que l'on informe mais qui en profitent pour remettre en cause ce que d'autres ont approuvé sans le réaliser mais en étant consultés.

Lire la suite dans le numéro 34 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.

 

 

18 décembre 2009

On ne nous dit pas tout !

sehiaud-dispastout.jpg« Retiens un principe essentiel : tout le monde ment », m'affirmait récemment un ami qui est dans le capital-risque et qui n'a pas son pareil pour démasquer les entrepreneurs qui ne tiennent pas la route, les banquiers qui ne pensent qu'à s'en mettre plein les poches et les soi-disant experts qui ne connaissent que ce qu'ils ont lu dans la presse et sur le Web. Tout le monde ment ? On l'avait deviné, bien sûr. Voici les dix mensonges les plus fréquents que profèrent nos directions générales.

Lire la suite dans le numéro 33 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.

 

11 décembre 2009

Choc culturel

Certains ont peur du noir... D'autres ont peur de l'offshore... C'est probablement l'une des raisons pour lesquelles nous éprouvons des difficultés à recruter des informaticiens. Le monde de l'informatique est devenu un univers beaucoup plus violent que par le passé, sur fond de réorganisations, restructurations, et d'infogérance poussée à bout... Chez Moudelab & Flouze Industries, nous n'échappons pas à la globalisation (nous avons une usine en Chine dans le cadre d'une coentreprise avec Ta-Chô Outussé, un fabricant de roulement à billes), nous y participons même. Mais à chaque fois que j'évoque devant mes équipes la possibilité de recourir à des développements offshore, essentiellement pour réduire les coûts, la méfiance s'installe.

Lire la suite dans le numéro 32 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.

 

 

04 décembre 2009

DSI millésimé

sehiaud-bouteille.jpgJe me suis livré au calcul suivant : sachant qu'un DSI âgé de 50 à 60 ans a accumulé entre vingt et trente ans d'expérience(s), combien cette expérience cumulée représente-t-elle d'années-hommes, pour parler le langage des gestionnaires de projets ? Et sachant que la plupart des DSI de ces générations x s'approchent de l'heure de la retraite, combien d'années d'expérience allons-nous perdre dans les prochaines années ? Imaginez le nombre de projets ratés et rattrapés de justesse et dont les enseignements ont été tirés, de bonnes pratiques engrangées par nos DSI seniors (dont je ne fais pas encore partie, vous n'avez donc pas fini de me lire...), de « facteurs clés de succès » assimilés, qui vont disparaître et que les jeunes générations vont devoir réinventer.

Lire la suite dans le numéro 31 de la revue Best Practices Systèmes d'Information.